accueil     //       spectacle(s)     //     action artistique     //      compagnie     //      images et sons     //      calendrier  

 

Les mots la voix

Derrière le mot nuit se cache une forêt d’autres mots - sommeil, rêve, désir, feu, peur, terreur, lit, lait, loup, lune, silence, absence, sauvage, cris… tant d’autres mots qui font écho à des expériences premières, qui font surgir un monde dormant au fond de soi.


Ces mots s’organisent, donnent naissance à un récit, des poèmes dits ou chantés. Ils sont aussi répétés, scandés, deviennent matière vivante invitant à des acrobaties langagières, vocales et consonantiques.

Ils sont mis en bouche et deviennent timbre, rythme, métrique, cadence…

Partager avec le jeune public, avec l’ensemble du public, cette jubilation de l’oralité, réveiller une appétence primitive au verbe, à son répertoire, ses combinaisons et sa fabuleuse exploration poétique.


Une histoire

Le spectacle met en scène trois récitants-comédiens-chanteurs-musiciens qui, à trois voix, portent l’histoire d’une traversée de la nuit vécue à hauteur d’enfance. Cette traversée donne à découvrir la nuit dans toutes ses dimensions : cosmique, intime, effrayante, magique, opaque, miroitante, invitant au rêve et ouvrant vers l’inconnu. Cette traversée est aussi une aventure intérieure qui permet à une petite fille sur le chemin de l’exil d’aller à la rencontre d’elle-même, d’expérimenter sa liberté et de découvrir ses propres ressources. L’univers du conte est convoqué. La frontière entre rêve et réalité devient poreuse.


Le parcours des 3 interprètes sur le plateau - obstacles, situations périlleuses, problèmes à résoudre - fait écho à celui de la petite qui connaît la peur et la faiblesse, mais apprend à écouter ses désirs et déploie toute son ingéniosité pour faire face au danger.

La narration se construit à partir de différents matériaux : récit, fragments poétiques et chansons. Elle n’est pas linéaire. Elle comporte des ellipses et des digressions.Le travail sur la langue, ses sonorités, sa musicalité, se fait en étroite relation avec la composition musicale et celle de paysages sonores.

Les voix se mêlent, se superposent, créent des échos, des ruptures.

Textes et compositions sont tous des créations originales.


La musique

Le climat général recherché penche du côté de “l’inquiétante étrangeté“.

Les voix – soli, duos ou chœurs - sont portées par le son de l’hélicon. L'hélicon, instrument à vent de la famille des tubas, est un cuivre grave à la profondeur nocturne. Il offre un voyage sonore vers la rondeur. Le souffle vibrant tournoie autour du musicien et s'envole par un pavillon épanoui comme une pleine lune.


Les compositions musicales introduisent aussi les sonorités acides de la guitare électrique. Divers autres instruments (guimbarde, mélodica, harmonica) et objets sonores interviennent ponctuellement. Le papier est très présent sur le plateau, non seulement sur les pupitres mais aussi en tant que matière à froisser et déchirer pour créer des images et du son.


Voix de poitrine, berceuses, mélopées lentes ou rythmes saccadés ouvrent l’espace de la nuit, le scandent et le déploient.

Les“matériaux“ vocaux, sonores et musicaux font l’étoffe de la nuit, sans recherche de réalisme ni d’illustration. Ils se tissent intimement avec le récit.



Dispositif scénique

Le dispositif scénique joue avec la sobriété et la simplicité : des pupitres, des micros, le noir et diverses sources lumineuses. Ces éléments, dans leur accumulation et leur verticalité, évoquent la forêt.


La lumière a une importance fondamentale. Elle crée des reliefs, souligne les plans. Les jeux d’ombre alternent avec de vifs éclats de lumière ou le halo tremblant d’une bougie. Les corps apparaissent, disparaissent, se fondent dans l’obscurité ou se dévoilent par fragments. Les silhouettes deviennent des ombres mouvantes et dansantes sur le sol et sur les murs.

L’action est ici, puis là. Soudain le même se retrouve ailleurs.


Sur les pupitres, les partitions deviennent des supports de projection sur lesquels la lumière joue et des images, elles-aussi dépositaires d’étrangeté, apparaissent. Le tout compose un paysage en mouvement dans lequel se déploie le récit.


Les têtes se couvrent de coiffes - plumes, fourrure - qui permettent métamorphoses et autres prodiges.




LA NUIT DORT AU FOND DE MA POCHE

Théâtre poétique et musical

“L’oreille peut entendre plus profondément que les yeux ne peuvent voir (…). L’oreille est le sens de la nuit, et surtout, le sens de la plus sensible des nuits : la nuit souterraine, nuit enclose, nuit de la profondeur.


Gaston Bachelard

Photo Michel Gaschy

DISTRIBUTION

Création et jeu • Naton Goetz, Jean Lucas, Véronique Borg

Conception et écriture  • Véronique Borg

Composition et arrangements • Jean Lucas

Collaboration aux arrangements • Naton Goetz

Accompagnement de la création • Anne Ayçoberry

Scénographie, costumes et conseils à la dramaturgie • Sabine Siegwalt

Création lumières • Frédéric Goetz

Création son et régie générale • Olivier Fauvel


Image • Anne Bischoff

Graphisme affiche • Monsieur Cantin

Photos • Simon Woolf

Photos et mécanique • Michel Gaschy

Administration, production et diffusion • Nicolas Ringenbach, Azad Production


PRODUCTION

0h là là  / La Grande 0urse

Président : Hervé Petit-Rinck


COPRODUCTION

La Passerelle de Rixheim, la Ville de Schiltigheim, la Salle de spectacle Europe de Colmar


CO-RÉALISATION

Espace K, Strasbourg


PRÉACHATS

le Point d’Eau à Ostwald, la Ville de Schiltigheim, La Salle de spectacle Europe à Colmar, La Passerelle de Rixheim, l’Illiade à Illkirch,  l’Espace 110 à Illzach, le Festival Puy-de-Mômes à Cournon en Auvergne, le Théâtre de Haguenau


Saison 2017/2018 en construction avec la Maison des Arts de Lingolsheim, l’Espace Culturel de Vendenheim, les TAPS... (autres partenaires en cours)


ACCUEILS EN RÉSIDENCE Espace K à Strasbourg, L’Illiade à Illkirch, Le Créa / Espace Tival à Kingersheim, la Maison des Arts de Lingolsheim, le Point d’Eau à Ostwald, la Ville de Schiltigheim


SOUTIENS FINANCIERS

Ministère de la Culture - Drac Grand Est, Région Grand Est, Conseil Départemental du Bas-Rhin, Ville de Strasbourg, SPEDIDAM, ADAMI,

Fondation Alliance CAIRPSA CARPRECA


L’Adami représente les artistes-interprètes : comédiens, danseurs, chanteurs, musiciens solistes, chefs d’orchestre. Sa mission est de gérer leurs droits en France et à l’étranger. Elle agit au niveau national et européen pour leur juste rémunération notamment au titre de la copie privée et des nouveaux usages numériques. Elle favorise également l’emploi artistique au moyen de ses aides à la création. www.adami.fr